Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com

Bienvenue au site dédié à

la Création Société Au Maroc

Le Grand Casablanca

Poumon économique du Maroc par excellence, Casablanca est une ville prospère et vivante, elle incarne le Maroc de la modernité et du dynamisme. De part sa dimension économique, elle constitue un lieu d’innovation, d’échange de transformation sociale ; elle peut être à elle seule considérée comme une métropole conjuguant toutes les autres villes du Maroc.

Son patrimoine architectural « art nouveau » représente un grand potentiel touristique.

La région du Grand-Casablanca abrite le plus grand pôle industriel, la place financière nationale et de fortes activités liées aux nouvelles technologies et la recherche-développement. La « ville blanche » offre des infrastructures conformes aux standards internationaux, un cadre de vie agréable et une main-d’œuvre jeune, abondante et qualifiée.

Les chiffres clés

  • Superficie : 1 615 km²
  • Population : 3 897 748 habitants
  • Urbanisation : 60,2 %

Une économie libérale et dynamique

L’activité industrielle y est prépondérante et constitue un puissant catalyseur de la croissance et de l’extension du tissu urbain.

Aujourd'hui, l'agglomération concentre 55% des unités productives du pays et près de 60% de la main d'œuvre industrielle. Elle domine l'espace industriel national par le poids de son appareil de production, par la diversité des biens fabriqués et sa place au sommet de la hiérarchie des centres industriels du pays.

Cette suprématie est encore plus marquée si l’on tient compte des activités qui servent ou accompagnent l’industrie. En effet, Casablanca emploie 39% des effectifs, représente 35% de la consommation électrique du pays et absorbe 1,231 millions de tonnes de ciment.

Les ports de Casablanca et Mohammedia assurent 55 % des échanges extérieurs. Son aéroport sert 51% des passagers.

Une main d'œuvre qualifiée et abondante

Des potentialités humaines et système de formation professionnelle performant :

La formation professionnelle se trouve actuellement au cœur de la problématique de promotion de l'emploi et l'insertion des populations dans la vie active, problématique érigée par les pouvoirs en priorité nationale.

Elle occupe également une place de choix dans la politique gouvernementale visant le développement des ressources humaines des entreprises pour améliorer leurs performances et leur compétitivité.

De par cette double vocation, la formation professionnelle est appelée à anticiper les mutations de l'emploi et à innover en matière d'approches et de modes de formation, pour accompagner le processus de mise à niveau de l'économie du pays.

Le secteur de la formation professionnelle a développé, depuis 1987, une forte synergie avec les entreprises et les associations professionnelles qui sont fortement impliquées dans la planification et de la gestion de la formation.

Secteurs porteurs

Industrie et Services : Offshoring, Aéronautique, automobile, électronique, textile et agro-industrie Tourisme BTP

P.D.R.T.

Le programme de développement régional touristique (PDRT) s'inscrit dans le cadre du "Plan Mada'in", a été signé en mars 2006 devant Sa Majesté Le Roi Mohammed VI.

Le PDRT ambitionne d’orienter l’offre touristique de Casablanca sur 6 genres touristiques : affaire, passage (circuit et croisière), combiné (affaire/ city-break), city-break pur, séjour de loisirs, shopping et santé. Le programme vise à préparer la ville à accueillir d’ici 2012 le nombre de 1,5 million de touristes, multiplier les nuitées pour atteindre 3 millions et mettre en place des infrastructures et des équipements pour les congrès et les expositions, tout en améliorant, de manière globale la qualité urbaine de la destination.

Les retombés économiques et sociales sur la région seront bénéfiques, puisque d’après les prévisions, 30.000 emplois dont 5.000 directs seront créés et quelques 3,2 milliards DH de recettes seront générées chaque année.

Le montant financier dédié pour le démarrage de ce projet porte sur environ 8 milliards de dirhams dont 82% par apport du privé, le reste (18%) sera financé par des fonds publics.

P.D.U.

Le Programme de Développement Urbain (PDU), qui s'inscrit dans le cadre de la vision «Casablanca 2010», vise à faire de la capitale économique un pôle d'attraction des investissements internationaux et une destination pour ceux qui souhaitent découvrir les dimensions civilisationnelle, culturelle et architecturale de cette métropole.

Le Plan de Déplacement Urbain propose un ensemble d’actions s’appuyant sur une étude préalable qui a duré plusieurs mois -conformément aux standards internationaux- et a abouti à de nombreuses conclusions permettant la réalisation d’un important programme pour :

• l’amélioration des conditions de déplacement ;
• la réorganisation d’un ensemble d’axes routiers et de pénétrantes ;
• la réalisation de nouveaux axes et de nouvelles routes ;
• la modernisation des systèmes verticaux et horizontaux de signalisation ;
• l’informatisation du système de circulation : camera de surveillance, feu de signalisation, etc.

Une attention particulière sera réservée au transport urbain par la programmation d’un réseau de transport de masse comprenant une ligne de métro, trois lignes de tramway et une ligne de RER assurant la liaison du centre ville avec les différents quartiers et zones périphériques.

Rendre la capitale compétitive passe également par l’amélioration du cadre de vie des citoyens, par le renforcement des infrastructures sportives et culturelles à l’instar des grandes métropoles dans le monde afin de renforcer l’attractivité des investissements et lui permettre de faire face aux enjeux de compétitivité sur un marché mondial de plus en plus globalisé et concurrentiel.

Le Programme de Développement Urbain « CASA 2010 » a pour objectif également de repositionner le potentiel urbanistique de Casablanca en particulier pour l’ancienne Médina et le Centre ville riches en monuments ART DECO.

Infrastructures

Transport :

  • Autoroute : Liaisons au réseau autoroutier, reliant Marrakech, Fès, Tanger
  • Aéroport : L’aéroport international Mohammed V

Ports :

  • Le Port de Casablanca
  • Port Mohammedia d’hydrocarbures et de sel

Ferroviaire :

Un hub ferroviaire, avec deux gares principales (Casa-Port et Casa-Voyageurs) complété par des gares routières performantes.

Zones industrielles :

  • Casanearshore
  • Aéropole de Casablanca
  • Parc industriel de Bouskoura
  • Parc industriel de Nouaceur
  • Zone industriel sud-ouest de Mohammedia
  • Zone industrielle d’Ouled-Saleh
  • Zone industrielle de Moulay Rachid

 

Le projet de loi adopté par la Chambre des représentants

La Chambre des représentants n'a, en effet, pas tardé à adopter, jeudi soir (05/11/2010) à l'unanimité, lors d'une séance plénière, le projet de loi portant création de la place financière de Casablanca (Casablanca Finance City-CFC).

Un développement qui n'est que l'aboutissement d'un long processus de réforme du marché financier national, devenu un modèle sur le plan régional et pour les autres pays émergents.

Peuvent bénéficier du statut de Casablanca Finance City (CFC), les institutions nationales ou étrangères ayant la forme d'entreprises financières opérant dans les secteurs de la banque, de l'assurance, du courtage en assurance et les sociétés de gestion d'actifs. Sont concernées également, les prestataires de services professionnels qui exercent et gèrent des activités notamment d'offshoring financier, de services informatiques et de services financiers spécialisés, ainsi que les entreprises opérant en tant que sièges régionaux ou internationaux qui assurent une activité de coordination d'activités de services, opérés dans un ou plusieurs pays étrangers.

Bien entendu, pour attiser les ardeurs des investisseurs internationaux, des mesures incitatives sont prévues par le projet de loi de finance qui a donné la part belle aux entreprises exportatrices de services. Ces dernières seront exonérées pendant les cinq premières années d'exercice au titre de leurs ventes à l'étranger et des plus values mobilières nettes de source étrangère. Une fois, ce délai expiré, ces sociétés se verront appliquer un taux réduit d'impôt établi à 8,75%.

En outre, les revenus versés aux personnes résidant dans un pays étranger et appelées à travailler dans une société jouissant du statut CFC, seraient soumis à un taux unique de l'impôt sur le revenu de 20%, soit une réduction de 18 points par rapport au taux marginal actuel.

 

Suivez-nous sur:

Visioconférence

Plan du Siège

Contact Express

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com