Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com

Bienvenue au site dédié à

la Création Société Au Maroc

Pêche

Le royaume chérifien du Maroc se situe à l'extrême Nord Ouest de l'Afrique. Le littoral dispose de 3.600 kms de côtes. Les côtes marocaines font partie des plus grands réservoirs de richesses halieutiques mondiales. De par sa position stratégique de proximité de l'Europe, le pays tire profit de son espace maritime estimé à un million de km².

Au Maroc, les espèces capturées sont extrêmement variées et réparties en deux grands sous-ensembles : les espèces benthiques et les espèces pélagiques. Par espèce benthique, on entend espèce de poissons qui vivent près du littoral comme la daurade, le capelan, le grondin, le merlu, l'ombrine et la sole. Les pélagiques sont des espèces du grand large, généralement de surface comme la sardine, le maquereau, les thonidés, les anchois, et les chinchards.

Les espèces benthiques constituent les trois quarts des prises effectuées au Maroc. Elles représentent une part importante de la valeur commerciale réalisée par la pêche. Les stocks de poisson annuellement exploitables atteignent 1,5 million de tonnes dont six cents milles tonnes effectivement capturées.

La conserverie traite le tiers des prises pélagiques, le reste étant destiné à la production de farine et d'huile de poisson. Cette forte proportion des prises utilisée dans la transformation engendre un gaspillage de protéine animale. Ces sous-produits sont surtout utilisés dans l'élevage, ce qui explique la très faible part de la consommation nationale de produits halieutiques. A cela, s'ajoute le problème de la conservation réfrigérée des produits ainsi que l'approvisionnement régulier du marché marocain devant satisfaire une forte demande.

Source d'importantes recettes à l'exportation, ce secteur assure près de 400 000 emplois directs et indirects. L'industrie de valorisation à terre des produits de la pêche est également très importante avec 45 000 employés, une valeur ajoutée de 1 milliard de Dirhams et un chiffre d'affaires de 5 milliards de Dirhams. Cette activité compte pour 1/3 des exportations agroalimentaires du Maroc et pour 10% de ses exportations globales.

L'aquaculture représente un autre marché à fort potentiel dans le secteur grâce à ses atouts majeurs : sites appropriés, absence de pollution, température ambiante adéquate ... autant de conditions favorisant la production d'espèces à forte valeur commerciale.

La flotte côtière du royaume chérifien se compose de deux mille cinq cents unités dont quatre cents chalutiers, quatre cents senneurs ou sardiniers, milles palangriers, sept cents langoustiers et divers navires à vocation multiple.

 

L’accord de coopération en matière de pêche maritime entre l'union européenne et le Maroc

Signé à Bruxelles le 26 février 1996, l'accord de pêche entre l'Union européenne et le Royaume du Maroc définit l'engagement des deux parties à donner, d'une part, une compensation financière, et d'autre part, la possibilité d'accès à la zone économique exclusive aux navires communautaires. Cet accord est d'une grande importance pour la pêche communautaire puisqu'il établit les conditions de pêche des bâtiments communautaires dans les eaux marocaines en tenant compte de l'exploitation rationnelle des ressources halieutiques.

De tous les pays africains de l'Atlantique, seul le Maroc tire réellement un profit substantiel de la gestion de ses accords de pêche avec l'union européenne. Ce résultat est à mettre à l'actif de l'expertise des autorités administratives du Royaume chérifien qui n'ignorent pas la place centrale occupée par la pêche dans l'économie nationale. Le pays privilégié par sa position de carrefour entre l'Europe le monde arabo-berbère n'entend pas brader le secteur des pêches maritimes afin qu'il ne subisse pas la menace d'effondrement des pêcheries prévu un peu partout le long des côtes africaines par suite d'une surexploitation des puissants bateaux étrangers.

 

Le plan Halieutis

Le secteur de la pêche au Maroc s’est doté d’une stratégie intégrée, ambitieuse et globale de développement à l'horizon 2020 baptisée « Halieutis ». Elle vise la mise à niveau et la modernisation des différents segments du secteur de la  pêche ainsi que l'amélioration de sa compétitivité et de sa performance.

Cette grande stratégie de développement du secteur entend ériger le secteur en un véritable créneau de développement du Royaume, et s’appuie sur trois principaux axes déclinés sous forme de projets :

  • L'exploitation durable des ressources et la promotion d'une pêche responsable impliquant les pêcheurs considérés également comme acteurs majeurs de développement du secteur
  • Le développement d'une pêche performante et de qualité
  • Le renforcement de la compétitivité

Offre Maroc

  • Valoriser de façon pérenne la richesse halieutique marocaine
  • Renforcer la contribution du secteur à l’économie nationale en triplant presque la valeur ajoutée halieutique pour la faire passer de 8,3 milliards de dirhams en 2007 à 22 milliards de dirhams en 2020 ;
  • Porter le nombre des postes de travail à terre employés par l’industrie et l’aquaculture de 61 650 à 115 000 et celui des emplois indirects de 488 500 à 510 200, à l’horizon 2020
  • Réduire de moitié le poids de l’informel pour le ramener à 15% du chiffre d’affaires du secteur
  • Porter la valeur des exportations des produits de la mer à plus de 3,1 milliards de dollars contre 1,2 milliards de dollars en 2007
  • Relever le volume de la production halieutique de 1,035 million de tonnes actuellement à 1,6 million de tonnes avec un effort particulier pour le développement de l’aquaculture
  • Encourager la consommation nationale du poisson pour la porter de 10 kg/an /habitant en moyenne actuellement à 16/kg/an/habitant

Moyens

  • Le coût de ce programme pour la période 2008-2012 est estimé à 5 milliards de  dirhams dont 1 milliard de dirhams à la charge du Budget Général de l’Etat.


Afin d’assurer le succès de cette stratégie, il sera procédé à la mise en place des instruments nécessaires :

  • Sur le plan institutionnel par la mise à niveau des associations professionnelles et la création de nouveaux organismes ad hoc dédiés à la nouvelle stratégie
  • Sur le plan juridique par la mise à jour du dispositif régissant le secteur
  • Sur le plan organisationnel par l’instauration d’un système de contrôle pertinent pour assurer la traçabilité des produits tout au long de la chaîne de production et de commercialisation
  • Sur le plan du financement par la mise en place de moyens appropriés et sur le plan des infrastructures par l’adoption d’un vaste programme d’investissement dans le domaine des ports, des équipements de débarquement, des sites aquacoles, des chaînes de froid, des halles à marée, des marchés de gros et de détail.

Gouvernance

Halieutis a prévu la mise en place d’une gouvernance publique forte et mobilisatrice pour moderniser le secteur halieutique. Avec comme objectif ultime la mise en place d’un système de gouvernance sectorielle permettant un transfert de pouvoir graduel aux régions et au secteur privé.

  • Comité national de la Pêche
  • Fonds pour l’ajustement et la modernisation de l’effort de pêche
  • Agence nationale pour le développement de l’aquaculture
  • Centre national de valorisation des produits de la mer
  • Observatoire de l’emploi du secteur halieutique

Source : Invest in Morocco

 

Suivez-nous sur:

Visioconférence

Plan du Siège

Contact Express

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com