Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com

Bienvenue au site dédié à

la Création Société Au Maroc

Plan Maroc Vert

La Nouvelle Stratégie Agricole au Maroc (Plan Vert) : Les Clés de la Réussite

L’agriculture au Maroc a été toujours un secteur stratégique pour le développement socio-économique du pays. Depuis, l’indépendance du pays, le secteur agricole a connu de nombreux programmes de développement agricole et rural et de réformes structurelles pour permettre au pays d’assurer sa sécurité alimentaire et de contribuer dans la croissance économique du pays.

Malgré ce soutien dont a bénéficié l’agriculture par le passé, elle reste un secteur sous-développé. Si l’on peut admettre que des facteurs comme la croissance démographique, les sécheresses et la mondialisation ont joué un rôle déterminant dans cette situation, il n’en demeure pas moins que ce diagnostic n’explique pas tout, puisque des pays comparables y ont été confrontés. D’autres facteurs endossent en fait une partie moins importante de cette responsabilité. Il s’agit notamment de déficits de politiques, d’institutions et de gouvernance. C’est l’une des principales conclusions de l’étude prospective sur l’agriculture à l’horizon 2030, menée sous la conduite du Haut Commissariat au Plan (HCP).

Le contexte mondial marqué par la sécurité alimentaire, le changement climatique, la hausse des prix des produits agricoles, la responsabilisation des producteurs, la lutte contre la pauvreté a imposé au Maroc de revoir sa stratégie agricole dans un sens de mise à niveau, de restructuration et de redéfinition des missions. C’est dans cette perspective que le nouveau Plan Maroc Vert a été élaboré et ce, pour rendre l’agriculture le principal moteur de croissance de l’économie nationale dans les 10 à 15 prochaines années. Ceci avec des retombées importantes en termes de croissance du PIB, de création d’emplois, d’exportation et de lutte contre la pauvreté.

Le secteur agroalimentaire

Sur une superficie totale estimée à 71 millions d'hectares, plus de 40 millions ont une vocation agricole. De par son poids dans l'économie (16% du PIB) et sa qualité d'employeur principal (40% de la population active), l'agriculture est considérée comme un axe prioritaire du développement. Sa production place le pays au 11ème rang mondial.

Le secteur agroalimentaire développé en parallèle occupe une place essentielle dans le tissu économique du pays. Avec un effectif de 100 000 personnes, il génère en effet 20% des exportations industrielles du pays, pour un chiffre d'affaires d'environ 7 milliards de Dirhams et dégage une valeur ajoutée de l'ordre de 18 milliards de Dirhams. Ce secteur touche principalement la transformation de fruits et légumes et la boulangerie industrielle.

 

Plan Maroc Vert (PMV) 

La stratégie du Plan Maroc Vert concerne un secteur qui contribue à hauteur de 19% au PIB national, dont 15% dans l’agriculture et 4% en agro-industrie. Ce secteur emploie plus de 4 millions de ruraux et crée environ 100 mille postes d’emploi dans le domaine de l’agro-alimentaire.

Ce secteur joue un rôle déterminant dans les équilibres macro-économiques du pays. Il supporte une charge sociale importante, étant donné que les revenus de 80% des 14 millions de ruraux dépendent de l’agriculture.

Aussi, il est à rappeler la lourde responsabilité qui incombe à ce secteur quant à la sécurité alimentaire de 30 millions de consommateurs. Ce qui démontre le rôle crucial que joue l’agriculture dans la stabilité économique et sociale de notre pays.

Face aux multiples contraintes, l’agriculture marocaine dispose de plusieurs atouts dont les plus importants sont :

- La situation géographique du Maroc et sa proximité immédiate du marché européen avec des moyens logistiques en nette progression.

- La présence d’un marché national potentiel et dynamique mais souvent négligé, qui peut constituer un débouché important grâce à la croissance démographique et l’augmentation du niveau de vie.

- Une main d’œuvre agricole qualifiée et très compétitive par rapport aux concurrents.

- Des avantages comparatifs avérés pour plusieurs produits (fruits et légumes, etc.)

- La présence au niveau national de plusieurs modèles d’entreprises agricoles et agro-industrielles réussis.

Prenant en compte les contraintes et les atouts précités ainsi que les expériences réussies au niveau national et international, la stratégie du Plan Maroc Vert a adopté, comme équation de succès, l’investissement et l’organisation.

Ainsi la stratégie Plan Maroc Vert a été bâtie sur sept fondements :

Premier fondement : Faire de l’agriculture le principal levier de croissance sur les 10 – 15 prochaines années.

L’agriculture doit être érigée au rang de principal levier de croissance, et ce à travers :

- Le renforcement de la part de l’agriculture dans le produit intérieur brut (PIB) de 70 à 100 Mds MAD, sachant que le PIB agricole actuel s’élève à 74 Mds MAD.

- La création de 1,5 Millions d’emplois supplémentaires.

- La Lutte contre la pauvreté et l’amélioration du revenu agricole de 2 à 3 fois en faveur de 3 millions de ruraux.

- L’accroissement de la valeur des exportations de 8 à 44 Mds MAD pour les filières où le Maroc est compétitif (agrumes, olivier, les fruits et légumes).

- Le lancement d’une nouvelle vague d’investissements estimés à 10 milliards de MAD annuellement par la mise en place de 1506 projets.

Deuxième fondement : Adopter l’agrégation comme modèle d’organisation de l’agriculture

Le Plan Maroc Vert a été bâti sur le principe de l’agrégation comme outil de développement du secteur agricole, sa mise en œuvre réside dans la création d’un partenariat gagnant-gagnant entre l’amont productif et l’aval commercial et/ou industriel.

L’agrégation est un partenariat volontaire entre différentes parties pour la réalisation d’un objectif commun. Ce système repose sur le fait d’intégrer un certain nombre d’agriculteurs (agrégés) autour d’un acteur (agrégateur) disposant d’une forte capacité managériale, financière et technique lui permettant d’optimiser le processus de production.

Troisième Fondement : Assurer le développement de l’agriculture marocaine dans son ensemble sans exclusion aucune

Le Maroc se caractérise par deux types d’agriculture :

- Une agriculture moderne, localisée au niveau des zones irriguées et du bour favorable, elle occupe 20% des superficies cultivées et se caractérise par une forte productivité grâce à l’utilisation de techniques modernes.

- Une agriculture traditionnelle et vivrière, localisée au niveau du bour défavorable et les zones de montagne et oasiennes. Cette agriculture occupe 80% de la SAU.

Quatrième Fondement : Promotion de l’investissement privé.

Il porte sur la nécessité de promouvoir l’investissement privé, accompagné de l’aide publique.

Cinquième Fondement : Adopter une approche contractuelle pour réaliser le Plan Maroc Vert.

La mise en œuvre du Plan Maroc Vert nécessite la mobilisation de l’ensemble des acteurs des différents secteurs, notamment, l’administration, les élus régionaux et locaux, les professionnels et les associations.

Sixième fondement : Pérenniser le développement de l’agriculture marocaine.

La stratégie prévoit pour la réalisation de ses objectifs, la sauvegarde des ressources naturelles afin d’assurer une agriculture durable et ce à travers les balisages suivants :

- L’intégration à la dimension «Changement climatique » au niveau de la conception des projets Plan Maroc Vert.

- La reconversion de près de Un Million d’hectares de céréales vers les plantations fruitières qui sont de nature à protéger les espaces agricoles.

- L’expérimentation des Semi-directs pour une utilisation beaucoup plus vaste.

- L’appui à l’utilisation des systèmes d’irrigation à économie d’eau (de 154 000 actuellement à 692 000 ha).

- L’appui au développement de l’utilisation des énergies renouvelables dans le domaine agricole (solaire, éolien et biogaz).

Septième fondement : Préparer la refonte du cadre sectoriel.

Pour réussir les deux piliers de cette stratégie, la refonte du cadre sectoriel s’avère d’une importance capitale. Cette refonte concerne les axes transverses suivants :

- Le foncier

La nouvelle politique foncière se caractériserait par :

- La mise en gestion privée des terres publiques, collectives et habous ;

- La mise en place des conditions cadres favorisant l’agrégation et le partenariat public-privé;

- La poursuite des efforts de réformes structurelles (immatriculation, enregistrement) ;

- L’accélération massive de la titrisation.

L’eau

La nouvelle politique de l’eau se caractériserait par :

- La mobilisation de nouvelles ressources ;

- La maintenance et extension des périmètres existants ;

- La mise en gestion déléguée de l’eau d’irrigation ;

- La tarification incitative ;

- La coordination des différents intervenants ;

- La généralisation des techniques d’irrigation moderne ;

- L’utilisation de l’eau pour des cultures à haute valeur ajoutée.

La fiscalité :

- La mise en place d’une politique fiscale adaptée en tenant compte des spécificités régionales et économiques du secteur agricole à l’horizon 2013.

- Le marché national

La stratégie prévoit la modernisation des circuits de distribution et l’amélioration de l’accès aux marchés de gros et aux abattoirs.

- L’accompagnement et suivi/évaluation

La mise en œuvre du Plan Maroc Vert nécessite la restructuration du ministère de l’agriculture et de la pêche maritime dans l’objectif d’un redéploiement des ressources de l’Etat afin de s’aligner sur la nouvelle dynamique créée par l’avènement d’acteurs privés structurés, la refocalisation sur les fonctions de régulation et le transfert accru des fonctions opérationnelles vers le privé et la création de deux nouvelles structures, l’Agence pour le Développement Agricole (ADA) et l’Office National pour la Sécurité Sanitaire des Aliments (ONSSA), capables d’attirer les hauts potentiels et de jouer le rôle de renouveau et d’impulsion.

Source : Agence pour le Développement Agricole  (ADA)

 

Suivez-nous sur:

Visioconférence

Plan du Siège

Contact Express

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com