Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com

Bienvenue au site dédié à

la Création Société Au Maroc

Textile et habillement

Le secteur des industries textile-habillement une composante clé dans le tissu industriel au Maroc

Le Maroc est un des pays où le secteur des industries «textile et habillement» (ITH) occupe une position de premier plan. Les dernières statistiques de l’enquête annuelle du Ministère du Commerce et de l’Industrie relatives à l’année 2003 révèlent que les ITH contribuent à concurrence de 42% et 34% respectivement à l’emploi et aux exportations du secteur manufacturier. Plus de 1700 établissements opèrent dans les ITH (environ 630 dans le textile et 1090 dans l’habillement), soit environ 22% de l’ensemble des unités industrielles. Elles génèrent 13% de la production, 17% de la valeur ajoutée et 14% des investissements du secteur manufacturier.

La production des industries textile-habillement est fortement orientée sur le marché extérieur. Cette tendance s’est constamment renforcée depuis le milieu des années 80. Le taux d’exportation du secteur textile-habillement qui n’était que de 36% en 1985 s’est établit à 54% en 1990 puis à 65% au titre de l’exercice 2000. Le taux d’exportation dépasse 80% si on se limite à l’industrie d’habillement. Le taux d’exportation se situe à moins de 26% pour l’ensemble des industries de transformation au Maroc.

En l’espace de quinze années, le chiffre d’affaires engendré par l’activité d’exportation du secteur textile-habillement est passé de 3,5 milliards de DH à environ 16,4 milliards de DH en 2003, soit un accroissement annuel moyen d’environ 8%.

Les données du MCI montrent que le secteur textile-habillement a crée environ 16500 postes en moyenne annuelle au cours de la période 1986-90, soit 60 percent des emplois crées par les industries manufacturières durant la même période.

Source : aed.auf.org / comm_Achy (Mars 2005)

 

Préambule

La filière du textile-habillement occupe une position de choix dans l’économie marocaine. En 1999, cette filière a contribué pour plus de 3% dans le PIB en générant une valeur ajoutée de 9,4 milliards de DH. Dans la même année, sa contribution dans la balance des paiements s’est élevée à près de 10 milliards de DH occupant ainsi la quatrième position après les transferts des MRE, le tourisme et les phosphates. Par ailleurs, cette filière constitue le premier employeur dans les industries manufacturières en occupant 211.500 personnes soit une part de 43%.

Evolution des investissements

Les investissements dans la filière textile-habillement ont atteint près de 2,5 milliards de dirhams en 1999 correspondant à 24% du total des investissements réalisés dans les industries manufacturières. Après une chute de près de 30% enregistrée entre 1991 et 1993, les investissements de la filière ont progressé régulièrement entre 1994 et 1999 avec en nominal un taux de croissance annuel moyen de 12%.

Outil de production

La filière du textile- habillement est composée de 1.751 entreprises dont 44% opérant dans la branche de l'habillement, 41% dans la branche du textile et bonneterie et 16% dans la branche du cuir et articles en cuir.

L'investissement étranger accuse une présence significative dans la filière du textile-habillement puisque 20% des entreprises sont à participation étrangère.

Les capitaux apportés proviennent essentiellement de la Suisse et de la France suivies de l'Espagne et de la Grande Bretagne.

Le nombre d'entreprises de la filière du t extile- habillement est dominé par les PMI (entreprises employant moins de 200 personnes) à raison de 80%. Cependant, la contribution de ces PMI ne dépasse pas le tiers aussi bien au niveau de l'emploi et de la valeur ajoutée qu'au niveau et de l'investissement.

Par ailleurs, les PMI de la filière du textile- habillement représentent 23% des PMI de l'ensemble du secteur industriel.

Production

La production de la filière du textile- habillement s'est établie à 24,68 milliards de dirhams pour l'année 1999. Elle a été réalisée principalement par la branche du textile et bonneterie (48%) et celle de l'habillement (44%) et dans une moindre mesure par la branche cuir  et articles en cuir (8%).

Valeur ajoutée

Les industries de la filière du textile- habillement ont généré en 1999 une valeur ajoutée de 9,45 milliards de dirhams à raison de 48% par la branche de l'habillement, 45% par la branche du textile et bonneterie et 7% par la branche du cuir et articles en cuir.

Investissement

L'investissement de la filière s'est établi en 1999 à 2,52 milliards de dirhams. Il a été apporté essentiellement par la branche du textile et bonneterie dont la contribution a été de l'ordre de 61%.

Exportations

En 1999, les exportations de la filière du textile- habillement, y compris admissions temporaires, ont été de l'ordre de 27,76 milliards de dirhams. L'évolution de la structure des exportations, confirme la prédominance des produits de l'habillement. Toutefois, les articles de la bonneterie prennent de plus en plus de l'importance.

Les exportations marocaines sont concentrées essentiellement sur les marchés français et allemand. Cependant, les industriels du textile et habillement ont réussi, à partir de 1990, à pénétrer d'autres marchés comme celui de la Grande Bretagne, de l'Italie et de l'Europe Méridionale. Des contraintes liées aux coûts de transport, à l'historique des relations commerciales et aux difficultés linguistiques entravent encore la pénétration de marchés lointains comme celui des USA et du Canada.

Importations

Outre les admissions temporaires pour un montant de près de 11 milliards de dirhams, les importations de fibres et tissus ont atteint près 6 milliards de dirhams en 1999. Ces importations sont destinées essentiellement aux confectionneurs et aux unités de bonneterie.

Balance commerciale

La balance commerciale de la filière du textile- habillement a dégagé en 1999 un solde positif de 10,6 milliards de dirhams avec des contributions contrastées des différentes branches : la branche d'habillement a réalisé un excédent de 20,2 alors que le solde de la branche du textile est déficitaire de 10,6. Toutefois, il est à noter que les importations du textile sont destinées essentiellement aux unités d'habillement. Les résultats contrastés de la balance commerciale de la filière illustrent parfaitement sa faible intégration, ce qui handicape largement la compétitivité des entreprises de la filière.

Emploi

La filière emploie un effectif de 211.475 dont 68% de sexe féminin. 60% de l'emploi du secteur est assuré par la branche de l'habillement, 33% par la branche du textile et bonneterie et 7% par la branche du cuir et articles en cuir.

 

Branche du textile et bonneterie

Cette branche comporte 710 unités constituées à 80% de PMI. La sous-branche de la bonneterie représente 40% de ces établissements dominés également par les PMI.

a) Production et commercialisation

La branche des produits textiles et bonneterie génère une production de près de 12 milliards de dirhams représentant 48% de la production de l'ensemble de la filière du textile-habillement. Les deux sous-branches de la  bonneterie et des industries cotonnières et des fibres courtes en produisent les deux tiers.

Les exportations en produits textiles et bonneterie se chiffrent à plus de 5,1 milliards de dirhams représentant 13% des ventes industrielles à l'étranger. La sous-branche de la bonneterie représente, à elle seule, 65% de ces exportations.

En termes de valeur ajoutée, cette branche réalise 4,2 milliards de dirhams représentant 45% de la valeur ajoutée de l'ensemble de la filière du textile-habillement.

b) Investissement

Les investissements dans la branche sont de l'ordre de 1,5 milliards de dirhams, soit 61% de l'ensemble des investissements de la filière du textile-habillement ou encore 14% de l'investissement industriel total. Plus de la moitie de ces investissements sont réalisés par la sous-branche des industries cotonnières et des fibres courtes.

c) Emploi

La branche des textiles et bonneterie emploie 69.064 personnes représentant près du tiers des emplois de l'ensemble de la filière textile-habillement.  La sous-branche de la bonneterie assure à elle seule près de la moitié de cet effectif suivie de l'industrie cotonnière et des fibres courtes avec 20% des emplois de la branche.

 

Branche de l'habillement

Cette branche qui comporte trois sous-branches (Confection de lingerie et de chemiserie, Confection de vêtement de dessous, Confection de vêtement sur mesure) emploie près de 127.149 personnes (26% de l'effectif total industriel) et comporte 762 établissements (11% de la totalité des établissements  industriels).

Quant à la production de la branche, elle a atteint en 1999 le montant de 10,8 milliards de dirhams dont 85% orientés vers l'export pour un montant de plus de 9,2 milliards de dirhams. Elle génère une valeur ajoutée de plus de 4,6 milliards de dirhams, participant ainsi à hauteur de 8% au PIB industriel.

Les investissements de la branche se sont élevés à 876 millions représentant 8% de l'ensemble des investissements industriels.

La sous-branche de la confection des vêtements sur mesure constitue le segment le plus dynamique de la branche de l'habillement. Elle comporte 511 unités (67% de l'effectif de la branche) qui contribuent pour 71% à la production, 73% de ses exportations et 71% de la valeur ajoutée.

La participation de la sous-branche de la confection de lingerie et de chemiserie est de l'ordre de 24% pour la production, 22% pour les exportations et 23% pour la valeur ajoutée.

La contribution de la sous-branche de la confection des vêtements de dessous reste faible représentant 5% pour la production, 5% pour les exportations et 7% pour la valeur ajoutée.

 

Branche du cuir et articles en cuir

Les unités de production de la branche du cuir sont au nombre de 279 correspondant à 4% des établissements industriels. Plus de la moitié de ces unités opèrent dans la sous-branche des chaussures.

a) Production et commercialisation

La branche du cuir réalise une production de près de 2 milliards de dirhams représentant 8% de la production de la filière du textile-habillement. La sous-branche de l'industrie des chaussures produit 57% suivie de la sous-branche de tannerie mégisserie (25%).

La branche participe également à hauteur de 9% des exportations de l'ensemble de la filière du textile-habillement en exportant 867 millions de dirhams dont 64% de chaussures.

La valeur ajoutée de la branche s'élève à 633 millions de dirhams en 1999, ce qui représente 7% de la valeur ajoutée de la filière du textile-habillement. La sous-branche des chaussures dégage près de 70% de cette valeur ajoutée.

b) Investissement

La branche du cuir a investi en 1999 un montant de 68 millions de dirhams effectué à 58% par la sous-branche des chaussures.

c) Emploi

La branche du cuir emploie plus de 15.000 personnes, soit 7% de  l'effectif de l'ensemble de la filière du textile-habillement. La sous-branche des chaussures occupe les deux tiers de cette main d'œuvre.

 

Conclusion-diagnostic

Importante pour l’économie marocaine (3% du PIB à savoir 9,4 milliards de DH de valeur ajoutée,10 milliards de DH de solde commercial en devises et 211.500 employés soit une part de 43% dans les industries manufacturières…), la filière textile-habillement se heurte à de multiples difficultés rendant nécessaire un plan de soutien à cette filière qui malgré l’accentuation de la concurrence internationale (les pays de l’Asie et d’Europe Centrale), conserve des perspectives prometteuses face aux opportunités de délocalisation des industries européennes qui se présentent actuellement.

S’inscrivant dans le cadre de la  nouvelle approche contractuelle des rapports entre le public et le privé, ce plan de soutien devrait répondre aux principales contraintes relevées dans le diagnostic tout en tenant compte des nouvelles donnes du commerce mondial (délocalisation des industries européennes, orientation des nouveaux acheteurs vers les pays où la filière est totalement intégrée...). Il s'agit essentiellement des contraintes liées au droit de travail et à la justice, à la faible intégration de la filière, aux coûts de l'énergie et du transport, à la formation des ressources humaines, à la fiscalité et à la restructuration financière des entreprises en difficulté.

L'Etat qui œuvre actuellement pour l’amélioration de l’environnement général des affaires et de l’investissement pour rait jouer, en particulier, un rôle plus spécifique à la filière à travers ce plan de soutien qui devrait cibler en priorité l'intégration de la filière qui reste faible comme le prouve les résultats contrastés de sa balance commerciale (les importations représentent 62% des exportations de la filière). Ceci affecte la compétitivité globale de la filière en raison de la précarité de l’outil textile situé à son amont. En outre, la manque de production et d’industries cotonnières dans le pays compromet les chances du Maroc pour attirer les délocalisations déjà entamées par les industries européennes du textile.

 

Source : finances.gov (Novembre 2001)

 

Suivez-nous sur:

Visioconférence

Plan du Siège

Contact Express

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com